Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Éditorial

Le LIEN veille, vous défend et ne baisse pas la garde

Le LIEN est une association de défense des intérêts des patients. Notre association a reçu une agrément national pour porter votre parole et vous représenter devant l’administration et dans ses différentes instances.
https://lelien.france-assos-sante.org/
Notre cœur d’activité est de vous aider à faire respecter vos droits partout, dans les établissements de santé publics et privés, en établissement pour personnes âgées ou en soins de ville ( cabinets médicaux, infirmiers, dentaires, centres de radiologie, de biologie …) et de vous accompagner dans vos démarches pour vous faire entendre, adresser une réclamation, déclarer un accident médical accéder à votre dossier ou demander une indemnisation cas de dommage de soins.

Nos recommandations pour réduire les risques de complications médicales évitables :
D’abord, ouvrez l’œil et si vous remarquez une anomalie qui vous concerne, soit un acte soit un écrit inadapté, soit un défaut de surveillance,,ouvrez la !
Insistez si besoin pour demander la correction d’une fausse information, faire inscrire dans votre dossier une information que vous estimez capitale ( allergies, traitements antérieurs, risques connus) toujours avec politesse mais ne lâchez pas avant d’avoir obtenu une réponse qui vous parait cohérente. Cela peut vous sauver la vie.

Osez parler avec votre médecin et osez dialoguer pour être sûr(e) que le traitement, l’examen ou l’intervention sont bien nécessaires.
Exigez toujours une information sur les effets indésirables de tel ou tel examen ou traitement. Pesez le pour et le contre, et exprimez votre préférence.

Et surtout n’hésitez pas en cas de doute, à demander un deuxième avis médical, surtout s’il s’agit d’un diagnostic grave ou d’un traitement lourd.
nous contacter :
Adresse : 45, rue Carnot 92100 Boulogne-Billancourt
Tél. : 06 75 86 10 12
Contact : reseausante@hotmail.fr

Notre mission est d’abord celle de soutenir les personnes qui s’estiment victimes d’une erreur médicale.
Environ 60 000 personnes décèdent chaque année en France d’erreurs médicales, d’effets indésirables de traitements médicaux ou d’infection nosocomiale . Ce fléau pourrait être la 3e cause de décès dans les pays dits développés. Aidez nous à lutter pour la sécurité des patients et adhérez au LIEN.
Vous pouvez obtenir une indemnisation par voie amiable directe en négociant une indemnisation avec l’établissement ou le professionnel, assuré pour les dommages de soin dont il serait responsable.
Vous pouvez aussi demander une indemnisation des préjudices de soin selon une procédure amiable et gratuit devant la commission régionale d’indemnisation des accidents médicaux, la CCI.
Attention, pour faire une demande d’indemnisation en CCI, vous pouvez le faire seul, cependant de nombreuses victimes qui engagent seules leur procédure ou avec leurs proches, ont la déception de voir leur dossier non recevable. Nous ne pouvons que vous recommander de vous faire aider par des spécialistes, car si votre dossier est estimé non recevable par la CCI, la procédure étant amiable, les appels pour rejet du dossier par la commission ne sont pas possibles ; il ne vous restera plus que la voie contentieuse devant un tribunal.
L’accompagnement par l’association Le LIEN pour optimiser la préparation et présentation du dossier devant une commission régionale amiable d’indemnisation est gratuit pour tout adhérent. En cas de besoin une étude de dossier peut - être réalisée par un médecin conseil de victimes agréé par notre association.
S’il s’agit d’aller devant un tribunal, l’association peut vous aider à choisir un avocat spécialisé dans l’indemnisation des accidents médicaux.
et n’oubliez pas que si vous avez souscrit un contrat de protection juridique, ce contrat peut couvrir tout ou partie de vos frais d’accompagnement à l’expertise, devant la CCI ou devant un tribunal, par un avocat ou un médecin conseil de victime, spécialiste du dommage corporel.

Antibiorésistance, la lutte commence avec l’hygiène des mains

Les infections liées aux soins se transmettant essentiellement par les mains, c’est donc avec une bonne hygiène des mains (le lavage à l’eau et au savon normal ou l’usage d’un produit à base d’alcool) que l’on peut surtout les prévenir. Prévenir les infections évitables car manuportées, c’est réduire la consommation d’antibiotiques.
Malgré les actions, les formations et messages auprès des soignants, sur l’importance de se laver les mains pour réduire la propagation des infections, cette pratique ne s’effectue pas toujours comme il se doit.
Le risque d’infection est plus grand là où les patients se retrouvent ensemble, à l’hôpital ou en clinique, en EHPD, ou en cabinet de ville lorsqu’un professionnel passe d’un patient à l’autre.
Outre le port de bijoux et d’alliances, véritables réservoirs à bactéries, virus et microbes, certains professionnels ne se lavent pas les mains avant de faire un soin à un patient, faire ou défaire un pansement, ou poser une perfusion, ou une sonde etc…
De tels comportements, contraires aux règles élémentaires d’hygiène, vous exposent à des risques mortels. Même le simple fait de serrer la main d’un patient peut propager une infection si les mains n’ont pas été lavées entre deux patients.
Si nous ouvrons l’œil, il est facile d’observer que le principe des mains propres n’est pas acquis par tous les soignants qu’ils soient médecins, infirmières, kiné , en établissement de santé ou en ville, en radiologie, en laboratoire d’analyse lors des prélèvements, en cabinet médical ou infirmier etc…
C’est pourquoi, nous demandons que, partout où des patients sont hospitalisés, soient effectués des prélèvements aléatoires sur les mains permettant d’observer la propreté de chaque soignant, et espérer que la communication des résultats à chacun lui fera prendre conscience de la nécessité de se laver les mains avant de faire un soins.
Chacun de nous doit veiller à sa propre hygiène, mais aussi à ne pas se laisser faire un soin par un professionnel qui ne veille pas à la bonne hygiène de ses mains alors qu’il va lui faire un soin ; si vous osez l’ouvrir, vous pouvez lui demander poliment de se laver les mains ou d’utiliser des produits à base d’alcool, sinon il ne vous reste plus qu’à changer de professionnel ! et ne manquez pas de signaler à l’hôpital , le manque d’hygiène que vous avez pu observer ; c’est ainsi que tout le monde s’améliore.
Le sujet n’est pas facile mais votre vie ou celle de votre enfant peut en dépendre, alors courage !

Les phages, ces tueurs de bactéries sauvent des vies

Dès 2050, nous mourrons plus souvent d’une infection résistante aux antibiotiques, que du cancer. C’est bien ce que nous prédisent les spécialistes du monde en infectiologie.
C’est pourquoi, du 18 au 22 novembre 2019 la semaine sécurité patient s’inscrira dans le cadre de la semaine mondiale de sensibilisation au bon usage des antibiotiques. Un coup de projecteur sera donc mis sur la préservation des antibiotiques et la lutte contre l’antibiorésistance, véritable fléau de santé publique.

https://solidarites-sante.gouv.fr/p…

Vous êtes nombreux à vous adresser au LIEN pour savoir comment faire traiter par la phagothérapie une infection grave résistante aux antibiotiques .
Dès février 2009, lors des Etats Généraux des infections nosocomiales, le LIEN présentait la piste des bactériophages, et deux personnes dont l’amputation de la jambe avait été évitée, venaient témoigner de l’efficacité de cette thérapeutique alors pratiquée dans la clandestinité en France.
10 ans se sont écoulés depuis et la phagothérapie sort peu à peu de cette clandestinité.
Arte a diffusé récemment un excellent film sur le sujet retraçant cette extraordinaire histoire et faisant notamment le point sur les travaux de recherche en cours, très prometteurs, et ouvrant des pistes de prises en charge par cette technique.

Vous pouvez voir ce film sur le site de ARTE , il restera en ligne jusqu’au 31 décembre 2019.
Cliquez sur
https://www.arte.tv/fr/videos/07869…

le 100% santé, qu’est ce que c’est ? à lire dans que choisir

La réforme « 100% santé », aussi appelée RAC zéro, ( reste à charge zéro) est une promesse électorale d’Emmanuel Macron. Mise en place pour vous permettre d’avoir accès à des équipements sans reste à charge (RAC) en optique, dentaire et pour les aides auditives, cette réforme demande un effort de l’ensemble des acteurs : la sécurité sociale, les professionnels de santé et les mutuelles. La mise en place de cette réforme devrait être progressive jusqu’en 2021.

Le reste à charge, qu’est-ce que c’est ? c’est la somme qu’il vous reste à payer après les remboursement de l’assurance obligatoire (la sécurité sociale) et le remboursement de votre mutuelle si vous en avez une.

en savoir plus avec Que choisir :
https://www.quechoisir.org/decrypta…

Articles précédents

Mots-clés