Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Newsletter

Éditorial

le LIEN Association de santé agréée, membre de France Assos Santé

Suivez l’épidémie en France
CovidTracker est un outil permettant de suivre l’évolution de l’épidémie à Coronavirus en France et dans le monde. Pour des analyses quotidiennes des chiffres, vous pouvez suivre @guillaumerozier sur Twitter, ainsi que @covidtracker_fr.

clic sur :
https://covidtracker.fr/

21 octobre 2021 de 16 H à 17 H : Avec les « jeudis de France Assos Santé » un numéro spécial fait le point sur l’épidémie et notre cohabitation avec ce virus au 21 octobre

https://www.france-assos-sante.org/…

Les données COVID dans votre département
https://interactive.afp.com/graphic…

Nos activités d’aide aux victimes d’accident médical en continu :

Notre messagerie pour recevoir vos demandes d’aide : reseausante @ hotmail.fr
ou tél. 06 75 86 10 12

Si vous souhaitez signaler un accident médical, faites le sur
https://signalement.social-sante.go…

Le LIEN est une association agréée de défense des intérêts des patients.
Notre cœur d’activité est de lutter contre les accidents médicaux et les infections associées aux soins, et vous aider à faire respecter vos droits dans les établissements de santé publics et privés, en établissement pour personnes âgées ou en soins de ville
( cabinets médicaux, infirmiers, dentaires, centres de radiologie, de biologie …) . Nous pouvons vous aider dans vos démarches amiables pour vous faire entendre, adresser une réclamation, déclarer un accident médical ou accéder à votre dossier.

Quelques recommandations pour réduire les risques de complications médicales évitables :

D’abord, ouvrez l’œil et si vous remarquez une anomalie qui vous concerne, soit un acte soit une information inadaptée inscrite dans votre dossier, soit un défaut de surveillance, dites le sans hésiter.
Insistez pour demander la correction d’une fausse information, faire inscrire dans votre dossier une information que vous estimez capitale ( allergies, traitements antérieurs, antécédents, risques connus) toujours avec politesse mais fermeté et ne lâchez pas avant d’avoir obtenu une réponse qui vous parait cohérente. Cela peut vous sauver la vie.
Photographiez vos résultats d’analyses biologiques, comptes rendus de radiologie, interventions et traitements avec votre téléphone portable pour les avoir toujours sur vous en cs de besoin ou d’urgence.
Osez parler avec votre médecin et osez dialoguer pour être sûr(e) que le traitement, l’examen ou l’intervention sont bien nécessaires.*

N’hésitez pas à demander un 2e avis quand vous avez besoin d’une confirmation de traitement ou diagnostic notamment en cas de traitement lourd.

Exigez toujours une information sur les effets indésirables de tel ou tel examen ou traitement. Pesez le pour et le contre, et exprimez votre préférence.

Et surtout n’hésitez pas en cas de doute, à demander un deuxième avis médical, surtout s’il s’agit d’un diagnostic grave ou d’un traitement lourd.
Si vous souhaitez déclarer au ministère de la santé, une situation d’accident médical vécue par vous même ou une personne proche, vous pouvez déclarer sur :
https://signalement.social-sante.go…

Plusieurs milliers de personnes décèdent chaque année en France d’erreurs médicales, d’effets indésirables de traitements médicaux ou d’infection nosocomiale . Ce fléau pourrait être la 3e cause de décès dans les pays dits développés.
Vous pouvez demander une indemnisation des préjudices de soin selon une procédure amiable et gratuit devant la commission régionale d’indemnisation des accidents médicaux, la CCI, ou devant un tribunal.
Attention, pour faire une demande d’indemnisation en CCI, même si vous pouvez le faire seul, de nombreuses victimes ont la déception de voir leur dossier non recevable. Nous ne pouvons que vous recommander de vous faire aider car si votre dossier est estimé non recevable par la CCI, la procédure étant amiable, les appels pour rejet du dossier par la commission ne sont pas possibles ; il ne vous restera plus que la voie contentieuse devant un tribunal. Vous pouvez vous adresser à un avocat quelle que soit la voie choisie.
L’association Le LIEN ne fait pas de conseil juridique mais peut vous aider à optimiser la préparation et présentation du dossier devant une commission régionale amiable d’indemnisation, son soutien est gratuit pour tout adhérent. En cas de besoin une étude de dossier peut - être réalisée par un médecin conseil de victimes à votre demande.
Notre messagerie pour vos demandes d’aide : reseausante @ hotmail.fr

S’il s’agit d’aller devant un tribunal, l’association peut vous aider à choisir un avocat spécialisé dans l’indemnisation des accidents médicaux.

et n’oubliez pas que si vous avez souscrit un contrat de protection juridique, ce contrat peut couvrir tout ou partie de vos frais d’accompagnement à l’expertise, devant la CCI ou devant un tribunal, par un avocat ou un médecin conseil de victime, spécialiste du dommage corporel.
Votre assureur doit toujours être prévenu de votre intention d’engager une demande d’indemnisation avant d’engager vos démarches devant une CCI ou un tribunal.

Et toujours,
Un masque oui, mais sur le nez aussi. et le respect des gestes barrières, nous ne sommes pas encore sortis de la crise.
https://www.youtube.com/watch?v=RxY…

« Tuer le messager n’efface pas la mauvaise nouvelle  »
hommage au médecin chinois Li Wenliang qui a tenté de prévenir le monde , écoutez
https://www.youtube.com/watch?v=bda…

Nous sommes membre de https://www.france-assos-sante.org/

La 5e vague freinée grâce aux vaccinés ; le refus de vaccination aggrave la situation

« Il faut continuer d’insister sur le respect des gestes barrières, le télétravail ou encore l’amélioration de la qualité de l’air. Les vaccins sont essentiels mais insuffisants » pour le professeur en épidémiologie et santé publique à l’université Paris Saclay, Mahmoud Zureik, selon lequel les vaccinés ne peuvent pas continuer éternellement à faire des efforts pour compenser le refus des non-vaccinés.

https://usbeketrica.com/fr/article/…

Un variant chasse l’autre, mais comment percer les secrets d’ Omicron ?

Un variant chasse l’autre mais quels sont les secrets du nouvel arrivant, Omicron ?

Détecté le 25 novembre en Afrique du Sud, dit « préoccupant « par l’OMS, est -il plus contagieux ou plus dangereux que le précédent ?
Pour nos virologues, iI est encore trop tôt pour en savoir plus.

Occupés depuis quelques semaines à comprendre son fonctionnement, les chercheurs se disent inquiets en raison de la présence d’un très grand nombre de mutations liées à aux pointes à la surface du virus ou « protéines Spike » qui contribuent à sa capacité d’infection.

Cette protéine Spike est la clé qui permet au SARS-CoV-2 de pénétrer dans nos cellules. Elle est aussi l’une des cibles de notre système immunitaire face à l’infection, et celle de vaccins actuellement en développement.

Ce très grand nombre de mutations déjà observées sur Omicron laisse craindre une importante transmissibilité et une perte de l’ efficacité vaccinale bien qu’à ce jour, Omicron semblerait être pour l’instant plus contagieux mais moins virulent que les précédents variants.

Si tel était le cas, certains chercheurs optimistes avancent qu’Omicron pourrait alors aider à une sortie de crise, en permettant aux patients infectés de développer des anticorps adaptés. Sauvés par un variant ? Un comble ! On peut rêver !

Afin de mesurer sa transmissibilité, et donc sa capacité à supplanter ou non le variant Delta dans la population infectée, des chercheurs mesurent l’évolution de la proportion de dépistages positifs liés à Omicron.

Ainsi actuellement la dangerosité d’Omicron s’évalue par l’observation dans la vie réelle, cette observation fournit données statistiques issues des personnes directement infectées par ce variant. Les médecins qui voient arriver les patients font remonter les cas, ce qui donne, au jour le jour, un premier aperçu de la dangerosité du variant Omicron.

Comment connaitre scientifiquement ce variant ?

Sa séquence génétique, telle une carte génétique , détient des secrets ; elle a été communiquée par le laboratoire sud-africain identificateur, aux chercheurs du monde entier.
Une trentaine de mutations dans la protéine Spike, protéine clé d’entrée du virus dans l’organisme, a été déjà identifiée.

Le séquençage va permettre d’identifier où se trouvent les mutations : est-ce à des endroits de contact avec le récepteur ACE2* ; ce récepteur qui sert de porte d’entrée du virus dans notre corps, ou bien est-ce dans des zones qui permettent d’échapper aux anticorps ?

Quel est le principal sujet d’inquiétude ?

La question posée est de savoir si les anticorps produits par l’organisme après une vaccination ou une infection au Covid-19 sont assez efficaces pour bloquer l’entrée d’Omicron dans les cellules.

Les chercheurs observent l’interaction du nouveau variant avec le sérum de patients ayant reçu une, deux ou trois doses et tentent ainsi de mesurer l’efficacité des anticorps selon la situation.

C’est aussi avec cette méthode que Pfizer, BioNTech et Moderna disent tester des préparations vaccinales adaptées à Omicron, avant de déclencher d’éventuels essais cliniques.

Depuis plusieurs mois, les laboratoires producteurs de vaccins se préparent à l’arrivée de nouveaux variants et nous disent qu’ils apprennent à ajuster leur vaccin en moins de six semaines et à livrer les premières doses en 100 jours, au cas où un variant s’avérait résistant aux anticorps produits par les vaccins actuels.

* Le récepteur ACE
ACE2 est une protéine clé dans la physiologie du Covid-19, nécessaire à l’entrée du virus SARS-CoV‑2 dans les cellules de l’hôte. De cette première interaction découleraient plusieurs implications cliniques, avec notamment des conséquences sur le fonctionnement du système cardiovasculaire, mais pas que…

en savor plus :
https://www.inserm.fr/actualite/cov…

Classé inquiétant par l’OMS, Omicron le nouveau variant…

En France, toute personne « contact » d’une autre, testée positive au nouveau variant du coronavirus, Omicron, devra être isolée même si elle est vaccinée, a indiqué ce samedi le ministère de la Santé.
Délaré très inquiétant par l’OMS, le nouveau variant du Coronavirus , nommé OMICRON, déclanche des mesures de surveillance dans le monde entier.

« Ce variant présente un grand nombre de mutations, dont certaines sont préoccupantes », a indiqué le groupe d’experts chargé par l’OMS de suivre l’évolution du Covid-19.

Depuis son apparition constatée le 9 novembre lors d’ un prélèvement, les infections en Afrique du Sud ont fortement augmenté.
Détecté également en Israël sur une personne revenue du Malawi, au Botswana, en Belgique et à Hong Kong, une vague d’inquiétude gagne plusieurs Etats incitant à la rédction desrisques par le maintien de gestes barrières, et plus de vaccination.
Selon le groupe d’experts de l’OMS, les données préliminaires suggèrent qu’il existe « un risque accru de réinfection » avec Omicron, par rapport aux autres variants préoccupants.Jamais un nouveau variant n’avait provoqué autant d’inquiétude dans le monde depuis Delta.

Pourquoi ?
On sait que tous les virus, y compris le SARS-CoV-2 responsable du Covid-19, mutent avec le temps. La plupart des mutations n’ont que peu d’incidence sur les propriétés du virus. Cependant, certaines mutations peuvent affecter les propriétés d’un virus et influer, par exemple, sur la facilité avec laquelle il se propage, la gravité de la maladie qu’il entraîne ou l’efficacité des vaccins et des médicaments.

Selon l’OMS, tout variant est inquiétant s’il est associé à un ou plusieurs changements, tels qu’une augmentation de la transmissibilité ou de la virulence, une diminution de l’efficacité des mesures de santé publique et sociales ou des outils de diagnostic, des vaccins et des traitements disponibles.

Quelles restrictions face au variant Omicron ?
L’inquiétude croissait samedi en Europe face à ce nouveau variant du coronavirus, avec l’annonce vendredi d’un cas confirmé en Belgique, suivi de deux cas rendus publics samedi au Royaume-Uni.

L’OMS ne conseille pas encore de restrictions de voyages malgré la montée du nouveau variant, cependant avec plusieurs cas confirmés en Europe, la France, comme avant elle l’Allemagne ou l’Italie, a annoncé, ce vendredi en fin de matinée, l’interdiction d’entrée sur le territoire des voyageurs venant d’Afrique australe. Une décision également prise par les Etats-Unis et le Canada.

En Allemagne un cas suspect a été répertorié chez une personne récemment rentrée d’Afrique du Sud tandis qu’aux Pays-Bas 61 passagers arrivés vendredi à bord de deux vols en provenance d’Afrique du Sud ont été testés positifs au Covid-19

L’Italie annonce ce soir, samedi, un cas identifié.

Après la détection des deux cas du nouveau variant Omicron au Royaume-Uni, le Premier ministre Boris Johnson vient d’annoncer de nouvelles mesures pour ralentir sa propagation.

Il a décidé de durcir les mesures d’entrée dans son pays afin de ralentir la propagation du variant Omicron du coronavirus.

En raison du nouveau variant, « nous devons maintenant aller plus loin et mettre en place un nouveau régime de tests », a déclaré le dirigeant lors d’une conférence de presse, « nous demanderons à toute personne entrant au Royaume-Uni de passer un test PCR » deux jours après son arrivée « et de s’isoler jusqu’à ce qu’elle ait le résultat ».

En France, toute personne « contact » d’une autre, testée positive au nouveau variant du coronavirus, Omicron, devra être isolée même si elle est vaccinée, a indiqué ce samedi le ministère de la Santé.

« Toute personne contact à risque d’un cas possible ou d’un cas confirmé du variant omicron, indépendamment de son statut vaccinal, doit être considérée comme ’contact à risque élevé’ et doit ainsi être placée en quarantaine », selon le texte envoyé aux établissements et professionnels de santé et dont l’Agence France-Presse (AFP) a obtenu copie.

Articles précédents