Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Vous êtes ici : Accueil > Articles > La vérité sur le nombre de patients victimes d’infection nosocomiale à (...)

Article

La vérité sur le nombre de patients victimes d’infection nosocomiale à COVID-19 en établissement de santé ?

6 mars - Mots-clés : Infections nosocomiales COVID  

Dépêche AFP

Paris, France | AFP | vendredi 05/03/2021 - 17:50 UTC | 313 words
La vaccination obligatoire des soignants se justifie par les infections nosocomiales à Covid-19 recensées dans les établissements de santé, estime une association de patients spécialiste de ce type d’infections.

« Aujourd’hui, le refus vaccinal Covid-19 par des professionnels du soin relève d’un manquement à l’éthique et à leur obligation déontologique, qui est de ne pas exposer autrui à un risque qui peut être évité », note vendredi l’association Le Lien dans un communiqué.

« La vaccination des personnels soignants contre la Covid-19 doit être rendue obligatoire », réclame cette association de défense des patients qui juge « inacceptable » la couverture vaccinale insuffisante des soignants.

Avant le lancement de la vaccination, le risque nosocomial était difficilement évitable, mais plus maintenant, souligne-t-elle.

« En 2020, ce serait plus de 130.000 personnes, malades soignants et visiteurs qui auraient contracté en France la Covid 19 dans un établissement de santé », estime Le Lien, en extrapolant des données de Santé publique France (SpF).

L’agence sanitaire a en effet recensé 44.401 cas de Covid nosocomiaux entre janvier 2020 et le 14 février 2021, dont 26.839 étaient des patients et 17.552 des professionnels de santé, dans environ 1.000 établissements de santé.

Sachant que la France compte plus de 3.000 établissements de santé, Le Lien table sur au moins trois fois plus de cas que le chiffre recensé par l’agence sanitaire, en prenant en compte les sous-signalements.

« Les établissements qui signalent sont en général les meilleurs en terme de lutte contre les infections nosocomiales ». « Ainsi en prenant les chiffres des 1.000 établissements qui en ont signalé et en les multipliant par 3, on est dans la fourchette basse de la vérité », maintient l’association Le Lien.

« Avec 130.000 infections nosocomiales à Covid 19 en France en 2020, la vaccination des professionnels du soin n’est plus une option », réaffirme l’association.

Un calcul que l’agence sanitaire SpF réfute, refusant d’extrapoler ces données à l’ensemble des établissements de santé.

BC/may/mpm

© 1994-2021 Agence France-Presse

Note le LIEN
Ainsi l’agence sanitaire SpF réfute ce calcul de 130 000 cas de patients infectés COVID en établissement de santé, refusant d’extrapoler à l’ensemble des 3100 établissements de santé en France, les données établies à partir de seulement 1 000 établissements qui ont bien voulu remplir leurs obligations de signalement sur les infections nosocomiales Covid.

Cela pose question. On se demande alors pourquoi les résultats des enquêtes sur les accidents médicaux reposent jusque là sur des calculs par extrapolations, de même les registres sur le cancer par exemple et bon nombre de résultats d’enquêtes épidémiologiques dans le domaine de la santé.
Par exemple, le réseau Sentinelles collecte de façon continue des informations sur des indicateurs de santé chez un échantillon de médecins généralistes. Cette collecte permet une surveillance épidémiologique de phénomènes de santé comme certaines maladies infectieuses.
ou bien encore les accidentés du ski. Le nombre d’accidents traumatiques est calculé à parti de l’incidence du risque et du nombre de Journées Skieurs total sur les
massifs français. Les données d’accidentés sont recueillies sur 14 stations et ensuite extrapolées à partir du nombre total de skieurs connus sur les pistes françaises.

A qui se fier ?

Claude Rambaud

Tous les articles