Adhérez au Lien

45, rue Carnot - 92100 Boulogne Billancourt
06 75 86 10 12

Vous êtes ici : Accueil > Articles > CONTACT COVID : Souriez-, vous êtes tracé !

Article

CONTACT COVID : Souriez-, vous êtes tracé !

1er juillet

Le traçage des patients atteints par la COVID-19 et leurs contacts mis en place dès le déconfinement, se poursuit.

Pourquoi ce traçage ?
Une partie des personnes infectées par le virus ne présentant pas de symptômes, ces personnes ignorent donc qu’elles sont malades et qu’elles peuvent potentiellement contaminer à leur tour leur entourage. Le traçage des cas contact permet de les identifier.

Comment fonctionne Contact COVID ?
Il s’agit de Repérer, isoler et soigner toutes les personnes positives au Covid-19, mais aussi tous leurs contacts rapprochés identifiés, afin de protéger les personnes malades et leurs proches et bloquer les chaînes de contamination pour essayer de stopper l’épidémie.

Le téléservice « Contact Covid » est chargé de
• identifier les personnes infectées,
• identifier les personnes avec lesquelles ces personnes infectées ont été en contact et présentant un risque d’infection,
• réaliser des enquêtes sanitaires, en présence notamment de cas groupés,
• accompagner et orienter les personnes infectées ou présentant un risque d’infection, notamment pour qu’elles puissent bénéficier de tests et de masques pris en charge,
• assurer le pilotage et le suivi statistique des actions.

Un certain nombre de données sont recueillies et traitées pour les personnes infectées et les personnes avec qui elles ont eu un contact.
Les collaborateurs de l’Assurance Maladie sont chargés d’identifier les personnes contact et de les appeler. Ils doivent en outre appliquer des consignes strictes d’information des personnes appelées, sur leurs droits en matière de communication de données.

Ils recueillent

  • les données d’identification dont le numéro de sécurité sociale et de rattachement
  • les coordonnées de contact et relatives à l’hébergement,
  • les données concernant la santé strictement limitées au statut virologique ou sérologique des personnes
  • les données relatives à la situation de la personne au moment de son dépistage (hospitalisée, à domicile ou déjà à l’isolement),
  • les données nécessaires à la réalisation des enquêtes sanitaires pour établir notamment des chaînes de transmission ou « clusters » (la profession, la fréquentation ou non d’une collectivité comme un rassemblement de plus de 10 personnes, une crèche, un établissement scolaire, un Ehpad, un établissement pénitentiaire… ainsi que la réalisation d’un voyage récent hors de sa région et de son Etat de résidence),
  • la déclaration d’un besoin en accompagnement social et d’appui à l’isolement.

A l’exception des coordonnées et du résultat du test du patient malade, qui sont indispensables à l’existence même du dispositif, l’ensemble des autres informations recueillies dans l’outil le sont sur la base des déclarations volontaires des personnes positives au Covid-19 et de leurs contacts.
Le patient reste donc libre de communiquer ou non les informations qui lui sont demandées pour stopper l’épidémie.

La divulgation de l’identité du patient infecté aux personnes avec lesquelles il a été en contact et qui sont susceptibles d’être infectées n’est possible qu’avec son consentement.

Le fonctionnement pratique du dispositif :
Les médecins de ville et les médecins des établissements de santé sont les premiers maillons de la recherche des contacts

Ils ont la mission d’assurer :
• la prise en charge des cas possibles de Covid-19 (prescription d’un test RT-PCR et de masques chirurgicaux, mise en place des mesures d’isolement avec établissement d’un arrêt de travail le cas échéant),
• le recensement des personnes ayant été en contact rapproché avec le patient, si son test se révèle positif :
o a minima, il est demandé au médecin de se charger de recenser les personnes partageant le même domicile que le patient et si possible de leur délivrer les conduites à tenir (recommandations d’isolement et de test immédiat, notamment),
o le médecin a la possibilité, s’il le souhaite, d’assurer également l’identification des personnes contact au-delà de celles partageant le même domicile que le patient malade.

Limites du traçage : un patient détecté positif reste libre de décider s’il souhaite partager l’information sur les personnes auxquelles il a pu éventuellement transmettre le virus. C’est un risque qu’il prend à l’égard de la personne qu’il a pu contaminer et ne sera pas prévenue.

S’il accepte de déclarer ses cas contact, il pourra décider, personne par personne, à qui il accepte que son nom soit communiqué.

Les personnes « contact » sont les personnes :
• ayant partagé le même lieu de vie que le cas confirmé ou probable,
• ayant eu un contact direct avec un cas, en face à face, à moins d’1 mètre, quelle que soit la durée (ex. conversation, repas, flirt, accolades, embrassades). En revanche, des personnes croisées dans l’espace public de manière fugace ne sont pas considérées comme des personnes contacts à risque,
• ayant prodigué ou reçu des actes d’hygiène ou de soins,
• ayant partagé un espace confiné (bureau ou salle de réunion, véhicule personnel…) pendant au moins 15 minutes avec un cas, ou étant resté en face à face avec un cas durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement,
• étant élève ou enseignant de la même classe scolaire (maternelle, primaire, secondaire, groupe de travaux dirigés à l’université).

en savoir plus

https://solidarites-sante.gouv.fr/I…

Claude Rambaud

Tous les articles

Mots-clés